La Corse: la faune et la flore

La Corse la faune et la flore:  

De part sa situation géographique exceptionnelle, la Corse « montagne dans la mer », complètement coupée de toute attache avec les autres terres, développe une flore et une faune exceptionnelle. Faut-il alors s’étonner de voir tant de botanistes ou d’ornithologues ou même simplement de simples amoureux des plantes et des oiseaux s’attacher à cette île pour nourrir leur passion? On peut dire que sur ce territoire on trouve tout : la roche, la mer, l’humidité marine ramenée par les vents, les eaux de sources, les oiseaux, la chaleur, la végétation…. Comme le disait un insulaire, amoureux de sa Corse : tout n’est « qu’offrandes » de la nature. Les sites sauvegardés ( grâce à l’institution du Parc Naturel Régional, au Conservatoire du Littoral), à eux seuls fournissent de quoi assouvir l’amour de ces hommes et de ces femmes qui continuent à lutter pour sauvegarder leur Paradis. Même si leurs actions ou leurs études peuvent paraître dérisoires à certains, comme le fait de compter le nombre de plantes qui prolifèrent chaque année sur un minuscule territoire, elles sont toutes d’une importance capitale pour les générations futures, pour la protection de notre écosystème. Il faut reconnaître que de ces petites actions, minuscules gouttes d’eau dans l’océan, ce n’est pas ce qui manque en Corse. Loin de les garder sous silence, elles commencent à être reconnues, médiatisées.

C’est ainsi qu’on reconnaît le travail acharné de cet homme parfois seul, parfois en petite équipe, qui consacre sa vie à sa passion : l’observation des balbuzards. balbuzardCe rapace migrateur ou aigle pêcheur vient nicher en Corse au printemps. Alors sédentaire, il installe son large nid de branchages, d’algues et de mousse à la cime d’un arbre ou sur un promontoire offrant une vue étendue. Comme tous ces passionnés, cet homme aide au recensement : 38 couples de balbuzards viennent se reproduire en Corse et jusqu’à présent 8 dans la réserve de Scandola.C’est là, dans cette réserve, qu ‘en observant récemment ces couples, notre défenseur de cette espèce tire la sonnette d’alarme : une seule nichée cette année et sur cette nichée un seul petit aigle a survécu. La cause il l’a connaît : l’affluence des touristes, pendant la nichée (parfois 300 bateaux par jour dans la réserve) arrive à perturber ces oiseaux et à les faire fuir. Les observateurs imaginent toutes sortes de solutions pour préserver l’espèce, solutions plus ou moins risquées, les obligeant à escalader des parois rocheuses, à rester perchés sur des postes d’observation pendant des heures, à essayer de capturer ces spécimens pour les munir de GPS afin de connaître un peu mieux leurs migrations. Et quand il le faut, ils parcourent des kilomètres à la recherche d’un endroit idéal pour leurs protégés et lorsqu’ils l’ont trouvé, ils construisent patiemment un nid artificiel, le plus accueillant possible, le fixent sur un rocher élevé, loin de toute agression possible, espérant ainsi voir nicher prochainement un autre couple de Balbuzards.

On peut observer également, grâce à la protection du Parc Naturel Régional, la réa climatisation des mouflons au cœur des montagnes les plus élevées de la haute vallée d’Asco, creusée dans une masse de roches volcaniques, qui s’étend du Golfe de Girolata au village d’Asco. Cette région est devenue, sur prés de 300Ha, le domaine réservé et protégé des mouflons.

Comment ne pas reconnaître aussi le travail de cette botaniste qui, patiemment, étudie les richesses innombrables de ce maquis qui occupe la moitié de l’île? Grâce au travail méticuleux de ces passionnés, comme Laeticia Hugo, environ 150 plantes endémiques ont pu être recensées. Là encore, le sud de la Corse et surtout les régions préservées, sont de véritables mannes pour ces passionnés de plantes et de protection de la nature. L’Immortelle, par exemple, offre ses parfums intenses dés votre arrivée  sur l’Ile. Certains disent qu’ils reconnaissent l’odeur de la Corse alors qu’ils sont encore sur le bateau. Grâce à son odeur unique vous saurez alors que votre arrivée est proche.immortelle De cette Immortelle, on en extrait des huiles essentielles rares et d’une qualité unique. Essayez de la faire pousser ailleurs que sur son sol natal cette plante n’aura plus les mêmes vertus et pourra même devenir nocive. C’est dans la région de Cania, qu’on trouve une Orchidée sauvage appelée aussi Papillon et à La Trinité prés de Bonifacio, une autre plante très rare (une centaine seulement) fait l’objet de toutes les attentions de cette botaniste passionnée. Avec son équipe, elle ne compte pas ses heures, escaladant des roches périlleuses, guettant émerveillée, la moindre pousse nouvelle, signe accueilli comme l’arrivée d’un nouveau-né, témoin de la bonne reproduction de l’espèce endémique.

Une autre Orchidée ou « Sabot de Vénus », se rencontre dans les montagnes, où elle vit dans les bois, dans les hêtraies surtout ou dans les hauts pâturages aux terres peu fertiles. Elle s’épanouit entre Mai et Juillet en une floraison jaune, teintée de vert.

Sept sortes de thym sont aussi recensées, tous différents de celui du continent.

A Lama, en Balagne, les oliviers aussi font l’objet de toutes les attentions de ces passionnés de la Flore.

Les fonds marins du Golfe de Porto, riches eux aussi d’une flore et d’une faune rares, font l’objet de recherches pointues afin de les protéger. On dit qu’ici, les poissons y meurent de vieillesse!!! Il est fréquent de voir arriver des équipes, venant d’Italie, d’Espagne ou d’ailleurs, pour étudier des colonies de coraux particulièrement rares, rouges ou blancs, à faible profondeur (20m au lieu de 100 m habituellement).

Si vous aussi vous partagez les mêmes passions et si vous voulez faire partie de ces défenseurs qui luttent contre les agressions de toute nature pouvant détruire ces laboratoires vivants, alors posez vos bagages quelque part prés de ces lieux privilégies (location île Rousse, location Calvi, location Bonifacio…). Allez à la rencontre de ces personnes exceptionnelles, corses pour la plupart; elles seront heureuses de partager l’Amour pour leur île, leur passion pour la Nature, leur savoir- faire et les résultats de leurs recherches avec vous. Soyez les bienvenus dans ce Paradis, mais surtout respectez le, il saura vous le rendre et en faire bénéficier les générations futures.