La Corse

Île de beauté

Le miracle d’Oletta

Village peu ordinaire, histoires peu ordinaires, et en plus de ses histoires magnifiques d’héros et d’héroïne de l’insurrection, Oletta connait celle d’un véritable miracle qui a eu lieu en 1734.

Dans le hameau de Romanacce. Michèle avait reçu un tableau de la Madone de son piévan. Un vendredi Saint un matin, alors que sa femme Marie pétrissait les gâteaux de Pâques, elle entendit : « Maria, ton fils brûle ». La jeune femme se précipita vers le berceau de l’enfant qu’une flammèche venue du Fucone enflammait. Elle tomba à genou devant le tableau de la Madone et vit que des larmes coulaient de ses yeux.  Marie posa son doigt sur le tableau pour s’en assurer, y laissant une empreinte indélébile. Sur l’ordre de Monseigneur Curdo, le tableau fut transféré dans l’église Saint-André puis, en 1820, dans une nouvelle église baptisé Notre-Dame-de-la-Pitié. Depuis, trois fois par an, un pèlerinage est organisé.

Un indult pontifical (privilège accordé par lettre du pape) du 1er février 1820 a autorisé à célébrer chaque année, le second Dimanche de Pâques, la fête solennelle de la Vierge, à l’autel qui lui est dédié avec messe, office et panégyrique. Le lendemain, la célébration a lieu  au terme de neuf jours de prières, suivie d’une procession autour du village avec l’icône miraculeuse de la Vierge Marie, transportée dans une châsse (XIXe) qui fait ainsi l’objet de ce pèlerinage triennal depuis 1734 année du Miracle (Hameau de Romanacce). La tradition veut que le prêtre désigne une marraine pour la cérémonie tous les trois ans.

voir aussi  Oletta et Oletta et le lac de Padule