La Corse

Île de beauté

Mettez le Cap sur le Cap Corse

Des articles sur le Cap Corse, vous en lirez certainement beaucoup. On ne peut pas envisager de visiter la Corse sans ressentir un « coup de cœur » pour cette région  authentique et encore sauvage. Qu’on s’y aventure à pied, qu’on y vienne en bateau pour partir à sa rencontre par tous les chemins, plus dépaysant les uns que les autres, découvrir le Cap Corse, demeure pour tous les touristes, un souvenir inoubliable.

En quelques lignes voyons ce qui vous attend, en laissant les descriptions plus particulières de telle « marine » ou de tel village ou de telle tour génoise à votre ressenti personnel, vous laissant la surprise de ces découvertes et de vos belles rencontres. Les propositions de randonnées, de tour en tour, de sentiers en sentiers, de villages en village ou de chapelle en chapelle, ne manquent pas, vous n’aurez que l’embarras du choix…..

C’est le Cap Corse qui donne à l’île sa silhouette particulière. La chaîne forme une ligne continue de sommets entre 1100m et 1300m d’altitude alors que la péninsule ne dépasse pas 15 km dans sa plus grande largeur, c’est dire combien les versants sont abrupts, surtout du côté du couchant.

Face à l’Est, de nombreux hameaux sont dispersés au milieu des cultures en terrasses, protégées des vents d’Ouest. Ils sont groupés en communes, axées chacune sur l’un des nombreux torrents dévalant la montagne, et comprennent le « marine », les maisons en bordure de mer devant les petits bateaux des pêcheurs locaux. Ici la campagne est très verte et diffère des autres paysages corses : bouquets de figuiers et prés fleuris se succèdent, ponctués de maisonnettes blanches. Ici et là quelques demeures plus cossues datant de cette époque où les Capcorsains émigraient en Amérique du Sud et revenaient au pays, fortune faite.

maisons bord de mer dans le Cap Corse

maisons bord de mer dans le Cap Corse

Le versant occidental du Cap est plus rude. Vers les sommets, on n’y voit que des pâturages de bruyère et du maquis.

Au Centre, un paysage étonnant vous dérangera certainement et vous aurez certainement envie de dire « Quel Dommage ! » En effet, au détour d’un virage, sur toute la hauteur du coteau, s’ouvre une plaie béante d’une gigantesque exploitation d’amiante. Elle fonctionna jusque vers 1970, et ses déblais ont curieusement modifié la couleur de la mer et le profil de la Côte. C’est vrai, depuis que des études ont prouvé les effets néfastes de l’amiante sur la santé, on n’a pas trop envie de s’attarder sur la plage au sable gris ou prés de cette usine mais les paysages qui vous attendent dans cette région vous feront oublier bien vite cette usine délaissée.

usine amiante

usine amiante

La Corse est la seule région au monde où l’on ait utilisé l’amiante, outre pour la construction des maisons, comme base de céramique. Le musée d’Ethnographie corse de Bastia, est riche d’une rare collection de « poteries amiantées » dépourvues de décoration mais d’un bel effet rouge et très solides. La terre blanche et brillante, mêlée de fibres d’amiante était mélangée à de l’argile rouge et noire. Le pétrissage était fait dans les villages par les femmes, à raison du tiers d’amiante pour deux tiers de terre glaise. La pâte, additionnée d’eau, était modelée pour créer une marmite, une cruche, un grilloir à châtaignes, un fourneau à braise ou un pot. Les pièces étaient ensuite exposées au soleil pendant plusieurs jours et enduites d’un liquide de même origine que la pâte. Quand les pièces devenaient rouges, la cuisson était estimée suffisante. Ces objets utilitaires étaient fabriqués à la belle saison lorsque les travaux de la terre étaient terminés, les hommes étaient disponibles. L’absence de motifs décoratifs est commun à l’ensemble de la production artisanale traditionnelle de la Corse.

La route domine de 100 à 200m ,une mer bien souvent houleuse qui vient battre la falaise escarpée. Cultures et villages s’abritent au creux des vallons. La vigne donne des crus généreux : Morosiglia, Rogliano, Patrimonio Tavignanu. Aux arbres fruitiers tels que cerisiers, abricotiers, orangers, citronniers et pamplemoussiers, s’ajoute le cédratier dont le fruit donne une liqueur acidulée.

L’extrémité du Cap est crevassée de petites calanques, refuges des pêcheurs de langoustes : Pino, Centuri, Tollare, Barcaggio, des petites perles rares à ne pas manquer….Macinaggio, face à l’Est, se souvient d’avoir été un port animé au temps de la marine à voile et s’est reconvertie en base pour la plaisance et le yachting.

Centuri village pêche à la langouste

Centuri village pêche à la langouste

Le circuit du Cap permet d’admirer de plus prés plusieurs des célèbres tours génoises. Ces monuments-vigies ont été édifiés au XVème et au XVI ème siècle, tout autour de la Corse. En dépit de leur aspect de fortin, dû à une terrasse crénelée, ce sont seulement des postes de guet et de signalisation. Les habitants qui en assuraient la garde par roulement devaient allumer un feu à leur sommet dès qu’apparaissait une voile suspecte. Si l’on en croit la chronique, il fallait moins de 2 heures pour qu’Ajaccio soit prévenue d’un incident survenu à Bastia!(par beau temps évidemment). Accessoirement, ces tours permettaient aux communes d’entreposer en sécurité, armes et réserves. Quelques 80 de ces tours génoises, dont une cinquantaine en bon état, sont désormais placées sous la sauvegarde du Parc Régional et de divers organismes. Celle de Nonza, d’Ogliastro, de Miomo et d’Erbalunga, sur les côtes du Cap Corse, ont été maintes fois reproduites par les peintres et les photographes.

La tour de Nonza

La tour de Nonza

Autres monuments caractéristiques particulièrement visibles dans le Cap Corse, que vous ne pourrez pas manquer de voir car au Cap Corse ils sont particulièrement visibles, ce sont les tombeaux familiaux.

Une très ancienne tradition fait que de nombreuses familles de propriétaires terriens se font enterrer dans leur domaine. Alors que dans cette région, on n’accorde si peu d’importance à l’architecture et à la décoration des maisons d’habitation, les mausolées familiaux, demeures d’éternité vouées au culte des ancêtres, sont l’objet d’attentions, somptuaires et onéreuses. De hauts cyprès signalent de loin ces édifices dispersés à flanc de coteaux, grands comme des chapelles, beaux selon certains critères, ostentatoires surtout.

Mettez le Cap sur cette région, et ….. bonnes vacances en corse……

 

Les commentaires sont fermés.