La Corse

Île de beauté

La plage de Quercioni ou la plage aux vaches

Au prolongement de la plage de Calzarellu , vous arrivez sur la plage de Quercioni, environ à 5 km après le pont de l’Abbatescu. Cette petite plage de sable bordée par de petites dunes s’étend sur plusieurs kilomètres. Les habitants de la région l’appellent « la plage aux vaches ». En effet, il arrive que quelques bovins des champs voisins viennent s’égarer aux abords de cette plage.

A l’époque où nous la découvrons, en juin, elle ne ressemble en rien aux autres ; seul point commun : le sable fin. Certains diront qu’elle est sale, d’autres la qualifieront de sauvage. C’est ce second qualificatif qui lui correspond le mieux.

la-plage-de-quercioni

Il faut savoir que les deux rivières, le Fiumorbu et l’Abbatescu, qui descendent des montagnes toute proches viennent se jeter dans la mer, transportant, en période de crues, toutes sortes de branchages qui finissent leur course sur cette plage qui s’en trouve bien encombrée. Elle fait le bonheur des amoureux qui se fabriquent des « nids d’amour », bonheur aussi des enfants, petits ou grands, qui bâtissent des cabanes, des tipis pour s’abriter du soleil.

la-plage-de-quercioni

Paréos et serviettes de couleurs vives viennent s’étendre sur ces charpentes de fortune, égaillant joliment la plage. Quelques passionnés de bois flottants laissent de drôles d’animaux bizarres comme un cadeau en remerciant dame nature de leur avoir permis de laisser vagabonder leur imagination créatrice. Le passant ne peut que se réjouir de toutes ces rencontres inattendues….. Il faut dire que ces créateurs n’ont que l’embarras du choix pour dénicher matière à créer.  La route des sens vous conduira chez ces artistes qui sauront vous surprendre par la variété de leurs œuvres. Le bois lui-même, tout au long de son long voyage échoue sur cette plage avec sa propre « identité ». C’est ainsi qu’une faune bizarre, comme sortie d’un livre de contes fantastiques peuple ce lieu pittoresque.

Une autre particularité de cette plage reste l’épave du Niagara, un chalutier qui fit naufrage dans les années 70. Elle fait le bonheur des plongeurs de la région et des nombreuses espèces marines qui y trouvent refuge. Une colonie d’oiseaux de mer a aussi élu domicile sur ce coin de plage. Vous serez alors tout près de la base aérienne de Solenzara. Vous aurez certainement la chance d’admirer les mirages décoller de la base de Solenzara, les jours de meetings aériens, vous serez aux premières loges pour admirer les arabesques et les figures acrobatiques époustouflantes des avions de chasse.

Commentaires Clos.