La Corse

Île de beauté

Une histoire qui change la face du monde

La corse a produit quelques personnages hors du commun, comme Napoleon1 er et Pasquale Paoli.

pasquale paoliPasquale Paoli : c’est l’homme des lumières. Sa culture est immense. Formé aux carrières militaires à Naples, Pasquale Paoli est aussi un érudit, passionné de philosophie et de lectures qui ouvrent l’esprit. C’est la conjugaison de toutes ces qualités intellectuelles qui fera de lui un visionnaire. Il voit la Corse indépendantes et rend  cela possible pendant environ quatorze ans. Dès que la nation est crée, il place parmi ses priorités l’enseignement, en créant l’université, et se lance dans un projet de constitution dont il confie la rédaction à Jacques Rousseau. La corse introduit la motion de liberté dans sa constitution, où l ‘on parle déjà du « droit des peuples, à la liberté et au bonheur ». On sait aussi qu’à l’hommage à cet homme d’exception, plusieurs villes le nom de « Paoli City » dans sept états américains différents. Ce sont : PAOLI, en Pennsylvanie – PAOLI, dans l’Indiana – Corsica, dans le Sud-Dakota – PAOLI en Oklaoma – PAOLI, dans le Colorado – PAOLI, dans le Wisconsin – Corsicana au Texas.

NapoléonNapoléon Bonaparte : c’est ‘homme des lois. Napoléon Bonaparte, a toujours été très contesté et très admiré. Ce génie militaire a entrainé dans sa soif impériale de pouvoir des  milliers d’hommes au combat. Bien qu’il s’agisse de militaires de carrière et non de civils mobilisés, le carnage de ses conquêtes entache largement sa contribution à la glorieuse expansion de l’empire français. Mais l’homme n’était pas dupe et il écrivait « Ma vraie gloire n’est pas d’avoir gagné quarante batailles : Waterloo effacera le souvenir de tant de victoires, ce que rien n’effacera, ce qui vivra éternellement, c’est mon code civil ». En effet c’est le code Napoléon, partie jamais modifiée de notre Code Civil et ses 2 281 articles d’origine, qui montre l’étendue du génie de cet homme. Rédigé sous l’impulsion de Napoléon et promulgué le 21 mars 1804, ce code, dont la force était de marquer la fin des législations particulières en édictant des lois s’appliquant à tous dans une logique plus égalitaires, régit encore la vie civile des français de la naissance à la mort.

En revanche, la femme y est déclarée soumise en tout à son époux. Elle ne peut ni contracter ni acheter un bien sans son accord. La petite histoire raconte que cette sévérité du Code civil vis-à-vis des femmes serait due aux folles dépenses de Joséphine de Beauharnais : nouvellement mariée, elle profite de ce que Napoléon fait campagne bien loin de là, en Egypte, pour acheter en 1799 le ruineux domaine de la Malmaison, pour un montant colossal puisé dans la bourse de Bonaparte. Peut-être est-ce une rancune conjugale qui va influencer pour deux siècles le statut juridique de la femme en France.

Ainsi, durant les XVIIIe et XIXe siècles, la Corse donnera par le biais de ses deux hommes un nouveau tournant à l’histoire de la France, mais aussi celle des Etat Unis, deux pays qui influenceront à leur tour l’histoire du monde.

Les commentaires sont fermés.