La Corse

Île de beauté

Le balbuzard pêcheur en Corse

Le balbuzard pêcheur en Corse « ça plane pour lui », des yeux jaunes et que l’on dit cruels. Un sans- pitié. Telle est la réputation du Balbuzard pêcheur. Dans chaque nichée le plus faible des trois ou quatre oisillons est délaissé et meurt sous le regard indifférent de sa mère. A l’âge adulte l’aigle pêcheur atteint l’envergure de 1, 80 mètre. Il est capable de réaliser des plongeons en piqué de plusieurs dizaines de mètres pour capturer ses proies à la surface de l’eau ; les pointes placées sous ses serres d’agripper ses glissantes victimes. Le plus remarquable chez ce rapace, c’est le choix des brindilles lors de la construction annuelle de son nid en haut des éperons rocheux : des branches sèches, effilées, tordues, qu’il récolte dans le maquis pour composer un gros nid profond de 50 centimètres.

photos du site oiseaux du net

pêcheur

Cet oiseau, singulier sur le plan morphologique, est assez différent des autres rapaces. la femelle peut être repérée dans un couple par le fait qu’elle est un peu plus grande que le mâle, qu’elle présente davantage de taches sombres (notamment au niveau de la poitrine) et que ses ailes sont un peu plus larges. Le balbuzard se distingue également par son cri constitué par une série de sifflements aigus émis en decrescendo. En avril-mai, la femelle pond habituellement 3 /4œufs blanc-crème tachés de brun-roux qu’elle couve pendant une période de 34 à 40 jours. Les jeunes s’envolent 51 à 54 jours après l’éclosion.

têteDans le ciel de Scandola, où même les avions sont interdits, le balbuzard pêcheur marron et blanc croise aujourd’hui cormorans huppés, goélands argentés, merles et fauvettes. Mais c’est lui qui représente le principal intérêt ornithologique de la réserve : au bord de l’extinction il y a trente ans où trois couples se volaient après, la population de ces aigles pêcheurs serait passée aujourd’hui à une vingtaine de couples. Et ce sont les seuls d’Europe.